Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

En 1780, deux ports embarquant des denrées sont cités par l'abbé Baurein : le port de Cadillac, qualifié port de la paroisse, le port royal de Lagrange. Il semble donc que chacun ait eu une vocation différente. À ces deux ports s'ajoute par la suite celui de Grattequina.

carte1846


Le port de Grattequina.

Vers 1920, la société des Installations Maritimes de Bordeaux-Grattequina, dont le siège se trouve à Paris, devient propriétaire de terrains situés en bord de Garonne, au lieu-dit Trabuchet. Elle saisit aussitôt les Chemins de Fer du Midi pour que la halte de Parempuyre soit transformée en gare de mouvement, avec embranchement pour la desserte du futur port de Grattequina. D'autre part, le conseil municipal de Parempuyre, par une délibération en date du 22 juillet 1926, autorise la société exploitante à utiliser l'ancien chemin de Cadillac pour desservir ses installations. Ce site portuaire sert à importer du charbon d'Angleterre (environ 300 000 tonnes par an) et à exporter des poteaux de mines (200 000 tonnes par an environ). Le chargement et déchargement des bateaux sont réalisés à l'aide de deux grands portiques équipés de grues électriques à benne pour le charbon, à crochet pour les poteaux de mines. Le stockage se fait sur des terre-pleins et les marchandises sont reprises par des portiques plus petits servant au chargement et déchargement des trains.

D'après les documents en notre possession, il semblerait que les installations aient fonctionné à partir de 1932 et leur exploitation assurée par les Établissements Sursol, de Bordeaux. Le 1er mai 1941, la concession entière est réquisitionnée au profit des autorités allemandes d'occupation. À compter de cette date, les installations sont utilisées pour la manutention de graviers, ferrailles et marchandises diverses. Le 23 août 1944, les Allemands détruisent l'ensemble des superstructures ainsi que le château de Cadillac, situé à l'aval immédiat. Tout trafic sur ce site est alors interrompu. Afin de dédommager le titulaire de la concession, le Port de Bordeaux rachète cette dernière et devient propriétaire des lieux à partir de juin 1948. Le trafic charbon et poteaux de mine est regrousur d'autres zones et le site abandonné.

vue.port.grattequina


Texte extrait de : Parempuyre, sa mémoire, ouvrage collectif édité par le Comité d’animation communale de Parempuyre, 1995, p.36-37.

 

 


 


joomla template