Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

L'hiver de 1709.

Dans un certain nombre de registres paroissiaux, les curés ont noté les dégâts de ce terrible hiver. On peut les consulter facilement sur Internet en tapant : hiver 1709. En voici un spécimen : « L’hiver 1709 est un des plus rigoureux dont on ait gardé le souvenir. Le froid sévit très fortement en France, en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Angleterre et dans tous les pays du nord. Les fleuves les plus rapides de France, même ceux du Midi, furent entièrement pris. Les mers et les golfes qui baignent les côtes méridionales de l’Italie et de la France furent gelés. Vers la fin de janvier, on traversait sur la glace les lacs de Constance et de Zurich avec des voitures chargées. »

Un hiver exceptionnellement glacial... La rigueur du froid fut telle que toutes les vignes furent détruites dans le Médoc, et que le bois du Cypressat, qui datait d'une époque bien reculée, fut également à jamais perdu, ainsi que les lauriers qui ombrageait les coteaux de Lormont (banlieue est de Bordeaux). Cet hiver fut responsable d'une surmortalité importante. On estime qu'il fit, directement ou indirectement, 1,5 million de victimes sur une population de 21 millions d'habitants en France !!

Les températures observées dans la région lors de l'hiver 1709 en janvier et février :

Dates

Valeurs observées

6 janvier

-11,7°C

11 janvier

-23,2°C

13 janvier

-19,5°C

14 janvier

-19,2°C

15 janvier

-19,5°C

16 janvier

-18,0°C

17 janvier

-19,2°C

18 janvier

-17,8°C

19 janvier

-19,5°C

20 janvier

-23,8°C

21 janvier

-19,2°C

22 janvier

-16,4°C

23 janvier

-2,0°C

7 février

-4,8°C

23 février

-3,4°C

24 février

-9,8°C

25 février

-12,7°C

26 février

-7,8°C

Texte de l'époque (écriture respectée) :

6/01/1709 : « Le froid a commencé bien rudement ce jourd'hui... Dans la nuit du 8 au 9, il neigea prodigieusement et le froid descendit à 14 degrés. Dans celle du 9 au 10 il négea le double et le froid était à 12 degrés : l'eau bouillante se gelait au bout d'un demi-quart d'heure, et la froide se gelait en tombant de la cruche dans le verre ».  

11/01/1790 : « J'avais dans le lit le nez gelé, et quand je me suis levé, j'ai trouvé le thermomètre entièrement concentré dans la boule de verre, en sorte que la liqueur ne marquait point de degré de froid, tant il estoit violent, et mesme le vin se geloit dans les bouteilles, en sorte que j'ay aujourd'huy avalé des petits glaçons dans le vin pur, et sur la rivière, il est impossible de traverser à la Bastide à cause des glaçons de la grandeur d'une maison qui descendent continuellement du Haut-Pays; et il y a fait un temps de frimats et couvert avec quelque peu de neige... »

13/01/1709 : « Le froid a continué si apprement que le thermomètre est du 4 au 5ème degré, et de temps en temps il tombe de la neige... La rivière se gèle et glace entièrement , dans le descendant et le plein mer, de l' un à l'autre bord, et le montant rompt la glace, ce qui cause mille désordres aux bâtiments et fait échouer quantité de vaisseaux qui ont été très endommagés. Il est impossible de voguer sur la rivière et aucun bateau ne peut aller. Mesme M. le Procureur-syndic de Jean ayant voulu aller à Borbounet, qui est un bien qu'il a au delà de la rivière, se pensa, hier, noierraient esté sur la glace... L'encre se gèle dans l'escritoire à chaque moment ; le vin dans les bouteilles se consolide et se glace entièrement; et les doigts des laquais se prennent aux assiettes un peu mouillées, en sorte qu'il faut qu'ils approchent du feu pour les en retirer. Les oiseaux à la campagne et le gibier meurt et se mange l'un à l'autre. Les jurats font des feux publics pour les pauvres. Le thermomètre est aujourd'hui au 1er ou 2ème degré...». « Le sang de Nostre-Seigneur se gèle dans le calice et l'on met des réchauds sur les autels pour dire la messe ».

14/01/1709 « Le froid est au 5e degré du thermomètre... Les sœurs ont dit que la marmite des pauvres bouilloit du côté du feu et se geloit véritablement de l'autre, où il y avoit des pièces de glace, en sorte qu'elles ne pouvoient plus faire le bouillon ».

15/01/1709 « Le froid estoit du 4 au 5e degré, et l’après-dinée, il y a eu de la neige qui, jointe à celle qui estoit déjà tombée, est haute de près de trois pieds; et il y a dégel cette après-dinée, en sorte que le thermomètre est montée au 12e degré.» Ce matin, MM Cléry et Galletris sont partis à pied pour Saint-Macaire et ils traverseront la rivière sur la glace vis à vis de Langon où les charrettes chargées passent. On a envoié des charretiers par tous les moulins pour charroier des farines en cette ville ».

16/01/1709 « Aujourd'huy le froid a esté au 8e degré du thermomètre. Le vaisseau nommé le Cantabre, tout chargé qu'il estoit, s'est fracassé contre les glaces de la rivière ; il appartenoit à Cardinal ».

17/01/1709 : « Le froid a esté au 5e degré du thermomètre ; toutes les vignes de graves sont gelées par le haut ; le vin gèle dans les barriques ; les figuiers et les lauriers sont absolument gelés ; les orangers perdent leur teste ».

19/01/1709 :» Le froid continue avec toute la rigueur possible ; et il est à 4 degrés du thermomètre. La rivière est toujours impraticable de plus en plus... Il est très assuré que les vignes sont gelées ». « Au milieu de la rivière, un vaisseau aiant resté 2 jours au milieu des glaces, sans que personne y est pu aborder, les cables se sont rompus, et il a esté échouer à Port-des-Paus; on n'y a trouvé qu'un garçon qui estoit mort de faim et qui estoit roide de froid; on l'a fait revenir et il s'en sauvera ». « Le vin se glace dans les barriques ; et un marchand m’assuré qu'il avoit trouvé dans son chay de l'eau de vie gelée ».

20/01/1709 : « Le froid a este si violent que le thermomètre est entièrement concentré et il s'en faut l'espace de deux degrés qu'il n'attrappe le premier ». « Toutes les horloges de la ville sont détraquées ; le froid a esté si violent qu'il a fait impression sur le ressort des dites horloges dont la plus part sont cassés ». « Les jurats, à cause du froid, n'ont pu aller en procession aux Grands-Augustins ».

23/01/1709 : « Il y a grand dégel des glaces et des neiges et le thermomètre est au 29e degré ; en sorte que le grand froid n'a duré que 17 jours aiant commencé le jour des Rois ».

24/01/1709 : « Le valet de Caudéran nous est venu dire qu'il faudroit couper toutes les vignes à un demi-pied de terre; qu'il ne faudroit faire que deux façons seulement pour conserver les racines; que la feuille de pin sauvage avoit été entièrement gelée; que tous les arbres fruitiers le sont aussi ».

25/01/1709 : « La glace de la rivière commence à se réprendre à Saint-Macaire avec le bruit du monde le plus furieux. Il y a eu plusieurs chênes des plus vieux qui se sont fendus par le milieu, avec des bruits épouvantables tant le froid a été vif...»

07/02/1709 : « Le froid continue et le thermomètre est au 25e degré. On craint que le blé, dans le palu de Savignac, ne se gèllent entièrement, d'autant mieux que la dite palu est couverte d'eau ».

08/02/1709 : « le thermomètre continue au même degré : il y a gelé violemment la nuit dernière ».

25/02/1709 : « Le froid augmente ; il est au 14e degré ».

Nous reproduisons ici un article qui concerne plus particulièrement Bordeaux et le Médoc paru dans :  weather.bordeaux.free.fr/hiver_1709.html

joomla template