Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Historique du parc et des grottes de Majolan.

« Au pied du coteau, une fois les marais assainis, une superficie d'environ 19 hectares est aménagée : un lac creusé avec pelles, pioches et brouettes s'étend sur près de 4 hectares avec une profondeur de 2 à 3 m, alimenté par un bras de la jalle qui le traverse, soit à peu près 100 000 m³ de terre déplacée. Ce dessin avec îles et presqu'île comporte cinq ponts et des allées pour la promenade, avec des enrochements artificiels guidant le courant de la jalle, avec des vannes pour en régler le débit. De fausses ruines anciennes agrémentent en deux endroits le parc, planté d'arbres exotiques par un paysagiste : magnolias, cyprès et chênes rouges, orangers et séquoias... Enfin, cet endroit est aménagé d'une fantaisie grandiose : les grottes entièrement artificielles, formées de moellons sertis par des crampons de fer et liés avec du mortier de chaux. L'eau du lac pénètre sous les grottes, où de petits chemins tortueux permettent de la contourner et de l'enjamber en donnant des sensations de découverte et d'aventure. Une plate-forme est construite avec des galets de différentes couleurs faisant mosaïque (ancre de marine), un chemin de « pierres tremblantes » crée l'attraction, et un couloir mène à une salle hexagonale dont chaque pan de mur est un aquarium éclairé du haut par des verrières. Ces aquariums sont alimentés en eau courante et munis d'une glace grossissante exagérant la taille des poissons variés qu'ils contiennent. Par l'extérieur, des chemins facilitent l'escalade qui aboutit à un belvédère dominant le lac, en faux rocher et briques rouges. Des bancs tout autour permettent le repos.

plan-majolan

Une entreprise de la région, Pellot père et fils, mène à terme les travaux en deux ans. La promenade en barque permet la pêche aux brochets, anguilles, perches, tanches et autres fritures. Des grilles retiennent les poissons dans le lac à la sortie. Les fêtes se succèdent au château, les Piganneau reçoivent beaucoup et mènent grand train : le faste des banquiers prouve que la banque est prospère.

Majolan aujourd’hui.

La municipalité a racheté les 19 hectares comprenant le lac et les grottes en 1975. Un travail de longue haleine a été nécessaire pour débroussailler les sous-bois envahis par la végétation laissée longtemps à l'abandon, tailler les arbres, en abattre quelques-uns, nettoyer le lac, consolider ici et là, refaire les ponts, tracer des allées, pour transformer le tout en un jardin public de promenades, où un parcours « Vita Vittel » a été installé : l'inauguration a eu lieu le 17 mars 1985. Pour rendre hommage au conseiller municipal qui s'est beaucoup investi dans ce projet et l'a finalement conduit à bien, la rue qui borde le parc porte le nom de François Ransinangue, décédé dans la force de l'âge en 1984, rue inaugurée le même jour que le parc. Les arbres rares plantés jadis sont mis en valeur, et des étiquettes renseignent le promeneur sur leur nom botanique (en latin) et leur nom usuel.

eau.majolan

Le curieux pourra se familiariser avec le scorbus domestica (cormier) et le populus nigra (peuplier noir), l'acercappadocinium (érable du Caucase) et le séquoia sempervirens (séquoia toujours vert), le salix alba (saule blanc) et le taxodium distichum (cyprés chauve) !

Le passionné de botanique fera la différence entre les nombreuses variétés de chênes : les quercus fastigiata, ilex, cerris, lobata, pubescens, palustris... Le simple promeneur y verra de quelle partie du monde provient l'arbre : Amériques, Europe, Asie, Extrême-Orient. Les amateurs peuvent adhérer à l'Association Ornithologique du Parc de Majolan. Cette association s'est donné pour but d'implanter sur le site une importante population d'oiseaux aquatiques et de favoriser la nidification des espèces locales et migratrices. La grande île reste interdite au publie et réservée à la faune. On peut observer de nombreuses variétés de canards et d'oies qui évoluent sur le lac et autour ainsi que des ragondins qui trouvent le site à leur goût ! Les visiteurs se plient volontiers à un règlement fort simple pour protéger les oiseaux : garder les chiens en laisse et ne pas abandonner hameçons et cuillères de pêche sur les rives.plan-majolan1

Un petit chalet a été construit non loin des grottes dans lequel l'Association expose aux beaux jours des panneaux avec dessins et noms des oiseaux que l'on peut observer. Le projet de relier ce cadre au site de la forteresse médiévale par un chemin promenade le long de la Jalle est à l'étude, sauvegardant une ceinture verte dans le bas de la commune, agréable trait d'union entre deux hauts lieux de son patrimoine. Depuis la création du festival « L'échappée belle » à Blanquefort en 1993, des spectacles et des expositions se déroulent dans les grottes. La mise en valeur, à ces occasions, de ce lieu insolite par des .jeux lumière et des productions artistiques, ne peut que contribuer à sa protection, sa sauvegarde, et peut-être sa rénovation. Le grand parc est très fréquenté par les promeneurs et les sportifs, il est l'un des atouts de Blanquefort pour le tourisme et la qualité du cadre de vie. »

Ce texte est extrait de l’ouvrage : « Historique du château Dulamon et des grottes de Majolan à Blanquefort ». Dominique Jay, Publications du G.A.H.BLE, 1994, p. 17 et 33.

Pour lire l'historique du château Dulamon, cliquez ICI.

Pour lire 3 autres présentations du parc, cliquez ICI.

joomla template