Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les conflits autour de la gestion de l'eau.

Durant de longues années, l’eau a été occasion de conflits entre les habitants et le seigneur des lieux.

En témoignent ces extraits des tribunaux :

1635. Les manants et habitants de la paroisse de Ludon, juridiction d'Agassac, Ludon et Macau dehors, avaient droit de padouentage dans les raux de Ludon appartenant à Messire Joseph de Pomies, conseiller du roy en sa cour de Parlement de Bordeaux, seigneur et baron d'Agassac, des maisons nobles de Peyres, Lamothe et autres lieux. Or, les dits manants et habitants, voyant les raux qui leur étaient même inutiles et qu'ils ne pouvaient plus tirer de mathe ni paccager leur bétail comme ils avaient accoutumé, prièrent le dit seigneur d'agréer qu'on recherchât la cause de ce mal polir y pourvoir, à quoi le dit seigneur ayant consenti, les dits habitants firent venir sur les lieux M. Criston, conseiller du roy, élu en l'élection de Bordeaux, lequel, en vertu de la commission décernée sur la requête des dits habitants, dressa son procès-verbal de ce qui lui avait apparu que les eaux du moulin du Poulet n'avaient plus leur cours ordinaire par les raux pour se décharger dans la mer au lieu du Despartins, mais se jetaient toutes à la coste à l'endroit où la mathe se tire et propre pour le pacage et qu'il était nécessaire de faire un canal ou estey depuis le bois d'Agassac jusqu'au lieu du Despartins.

1639. À la suite de cette expertise, en l'année 1639, au mois d'août, le seigneur de Pomies, ensemble le seigneur d'Arès, coseigneur de Parempuyre, se rendirent derrière le dit bois pour désigner le lieu du dit canal par où les dites eaux devaient passer. Il en fut passé concordat entre les dits seigneurs et tout soudain les habitants de Ludon commencèrent à faire travailler à ouvrir le dit canal et estey devers le bois d'Agassac et empruntèrent, pour faire la dépense, la somme de cent cinquante livres qu'ils mirent ez mains d'Arnaud d'lnsertiague, procureur d'office d'Agassac. Comme aussi le seigneur d'Arès fit faire quelque travail du côté du Despartins, en exécution du dit concordat.

1790. Mme de Pomies assigne la Veuve Constantin qui n'a pas payé les dix-huit boisseaux de seigle pour la rente du moulin, sous prétexte que la jalle n'a pas été curée.

Paul Duchesne, La chronique de Ludon en Médoc, Rousseau frères, Bordeaux, 1960, p. 81 et 118.

Pour lire le détail des procès intentés pour la gestion de l'eau depuis 1635, cliquez ICI.

Pour connaitre le nom des plaignants en 1635, cliquez ICI

Pour lire le mémoire du procès intenté par la meunière du moulin du Poulet en 1789, cliquez ICI.

Pour connaitre l'histoire du moulin du Poulet, cliquez ICI.



joomla template