Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Balade à Blanquefort.

3 000 ans d'histoire ont bâti le site stratégique de Blanquefort, aux portes du Médoc. Siècle après siècle, la ville s’est transformée, adaptée. Aujourd'hui, elle offre au promeneur une grande diversité de lieux, aussi agréables qu'insolites.

* Le parc de Majolan.

Romantique et pittoresque à souhait, avec ses essences rares, son lac qui pénètre dans de fausses grottes et ses ruines - fausses aussi - dans le plus pur courant naturaliste du XIXème siècle, le parc de Majolan est un chef-d'œuvre du genre. Son créateur, Jean-Auguste Piganeau, un riche banquier de la bourgeoisie bordelaise, n'en aura profité que quelques années. En 1897, ruinés par une banqueroute, les Piganeau vendent le domaine familial. L'ensemble paysager de 20 ha gagnés sur d'anciens marais asséchés tombe à l'abandon. Racheté en 1975 par la ville, Majolan a fait l'objet d'un programme de réhabilitation en 2004. Une équipe pluridisciplinaire (paysagiste, architecte, écologue, ferronnier, mosaïste...) a œuvré pour reconstituer l'équilibre fragile et poétique du parc, entre vraie et fausse nature, et lui rendre son aspect enchanteur. Inscrit dans son intégralité à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques, ce témoin exceptionnel de l'art des rocailleurs a été labellisé Jardin Remarquable en 2010.

Ouvert tous les jours 8 h-20 h 30 (1 avril-30 septembre) et 8 h-18 h sauf mardi (1 octobre-31 mars). Visite libre des grottes : samedi, dimanche et jours fériés 14 h-19 h (1 avril-30 septembre).

* La vacherie.

À proximité des grottes de Majolan, le site de la Vacherie a fait l'objet d'une étude de faisabilité réalisée par l'architecte-scénographe Patrick Bouchain. Le défi ? En faire un lieu où devront à nouveau se mêler la nature, l'animal et l'humain, la ruralité et la ville. La vocation de la Vacherie est donc multiple :

• une « vraie » ferme avec ses animaux, lieu de solidarité, de pratiques partagées et de réapprentissage des métiers manuels ;

• un lieu centré sur le vivant, espace de liberté pour réfléchir à la place de l'animal en ville et au rôle des plantes ;

• un lieu d'hospitalité et d'hébergement destiné à accueillir des jeunes travailleurs de l'horticulture ou du maraîchage, des campeurs, des pèlerins... mais aussi des enfants ou des jeunes mobilisés autour d'un projet pédagogique ;

• un lieu de dépaysement, un « ailleurs » à proximité de l'espace urbain, en relation avec l'espace de rêve et de poésie qu'est le parc de Majolan.

C'est dans cet esprit que l'opération de réhabilitation de la vacherie a été confiée à l'architecte bordelais Christophe Hutin.

* La forteresse médiévale.

Le « fort blanc », construit en pierre calcaire à une époque où la plupart des constructions étaient en bois, a donné son nom à la ville de Blanquefort. Édifié au milieu des marais pour contrôler la route du Médoc, ce simple donjon du XIème siècle a été transformé en forteresse royale au XIIIème. Définitivement abandonné au XVIIème, incendié, vendu comme carrière de pierres durant la Révolution, il a été classé Monument historique par Prosper Mérimée en 1862, pour son passé et la splendeur de son architecture.

Visites sur rendez-vous. Plus d'infos : maison du patrimoine - allées de Carpinet - tél 05 56 57 19 42 Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

* Le parc de Tanaïs.

Vaste domaine boisé, Tanaïs a servi de camp de repos aux soldats allemands et italiens qui occupaient la base sous-marine de Bordeaux, durant la Seconde Guerre mondiale            [NDLR : si tel était le projet de l’État-major allemand qui a commencé à construire ce camp en juillet 1943, aucune preuve n’atteste qu’il ait été opérationnel avant leur départ en août 1944]. Après-guerre, le site a continué à accueillir des militaires... français cette fois. Racheté en 1995 par la commune au ministère des Armées, le parc a rouvert en juillet 2011. Ouvert en continu.

* Les marais.

Asséchés au XVIIème siècle, les marais de Blanquefort étaient initialement accolés aux anciens grands marais de Bordeaux. Ces zones humides, d'une grande richesse écologique, sont d'une importance capitale à plusieurs titres : écologique, hydrologique, culturel et économique.

* Le château Dillon et ses vignes.

Le noble Robert Dillon, immigré catholique irlandais, acheta le domaine en 1754. Racheté en 1829 par le bordelais François Seignouret, le château confirma sa vocation viticole. Vendu en 1956 au ministère de l'Agriculture, le domaine devint le lycée agricole de Bordeaux-Blanquefort en 1960. Aujourd'hui, la propriété, qui exploite 45 ha de vignes, est fortement engagée dans une démarche globale de qualité et de protection de l'environnement. Support pédagogique pour les lycéens, apprentis et adultes en formation, château Dillon est aussi une plateforme de démonstration et un site privilégié d'expérimentations, de journées techniques et d'animation du territoire. Visite des chais et dégustation sur rendez-vous au 08 00 31 86 21 (numéro vert). Plus d'infos : www.chateau-dillon.com

Un sentier de randonnée pédestre « la boucle des parcs et châteaux » permet de découvrir l'ensemble du patrimoine architectural et naturel de Blanquefort. Départ : parc de Cambon.

Plus d'infos : www.ville-blanquefort.fr, cliquez ICI

- rubrique blog : développement durable / sentiers de randonnée.

 

joomla template