Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

L’usage médical des sangsues.

Les sangsues étaient utilisées autrefois pour des applications diverses ; leur mode d'action n'était pas maîtrisé, seule la guérison ou le soulagement du mal comptait. Aujourd'hui, les études scientifiques concernant les substances actives de la sangsue permettent de mieux comprendre leur mode de fonctionnement et donnent du « crédit » à son usage.

L'utilisation des sangsues en médecine traditionnelle retrouve de nombreuses applications anciennes, seul le degré de compréhension a évolué. Par les qualités de ses substances, anticoagulantes, vasodilatatrices, thrombolytiques, anti-inflammatoires, anesthésiantes, les indications sont multiples : les arthroses, les tendinites, certaines formes d'arthrite, les douleurs musculaires, les hémorroïdes, les varices, les phlébites, les hématomes, certaines maladies du sang, l'hypertension, les affections des oreilles...

Leur salive est d'environ 100 substances biologiquement actives qui ont une incidence positive sur le corps humain. Ces substances permettent la réduction de la coagulation du sang, la disparition de thrombus, la réduction de la quantité de cholestérol et de sucre dans le sang, ont également des fonctions analgésiques et antiphlogistiques et aussi permettent la réduction de la pression artérielle, l'augmentation de l'immunité générale de l'organisme, la réduction de l'enflure, et l'amélioration de la microcirculation.

Autrefois

Parmi les applications remontant à Pile l'Ancien, les sangsues étaient utilisées non pas seulement dans les saignées locales ou générales mais aussi dans le traitement des morsures venimeuses, des phlébites et des hémorroïdes. Au XIXème siècle, l'utilisation des annélides a été massive. Selon la doctrine de Broussais, les diverses maladies résultaient du degré d'intensité de l'inflammation et des organes touchés. Les sangsues étant préconisées dans le traitement des inflammations, toutes pathologies pouvaient être guéries par elles. Ces méthodes ont valu à Broussais le surnom de « vampire de la médecine » à qui de nombreux « assassinats médicaux » ont été attribués. Après une longue période de dénigrement, les sangsues retrouvent au XXème siècle leur usage médical. La fiche éditée par la société Ricard-Debest-Béchade en 1968 présente les indications, l'action thérapeutique, les lieux et les modes d'application des sangsues selon les recommandations du Dr Vendel. Les traitements concernent des affections aussi diverses que les congestions viscérales, les péricardites et myélites aigues, les angines de poitrine, les céphalées, les furoncles, les otites, les contusions, les phlébites, les traumatismes sportifs, les aménorrhées, la ménopause, le glaucome...

Aujourd'hui.

Actuellement, les indications citées par les médecins praticiens sont les suivantes :

les arthroses : genou, poignet, pouce

les tendinites, les tennis-elbows

les périarthrites, les polyarthrites rhumatoïdes

les douleurs musculaires localisées, les crampes

les hémorroïdes

les varices

les thrombophlébites

les hématomes

les accidents vasculaires cérébraux pris précocement

les acouphènes, les otites externes et otites chroniques

les affections du sang: hémochromatose, intoxication légère aux métaux lourds, accumulation de toxines

l'hypertension

l'hépatomégalie non cancéreuse, ni alcoolique, ni cirrhotique

Texte issu du site :  http://hirudotherapie.rmc.fr/

Pour découvrir l'élevage des sangsues à Blanquefort et dans le Médoc, cliquez ICI

Pour comprendre le conflit entre éleveurs de sangsues et agriculteurs dans les marais de Blanquefort, cliquez ICI.

joomla template