Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le testament de François Béchade.

Le 3 octobre 1866.

Pardevant Me Antony, notaire à Bordeaux, soussigné et en présence de quatre témoins ci-après nommés, aussi soussignés, savoir : M. Pierre Dubos, restaurateur, M. Eutrope Palissier, détacheur, M. Jean Louis Ulysse Lanneluc Sanson, négociant, demeurant tous les trois à Bordeaux rue des Ayres le premier n°69, le second n° 67, et le troisième N° 36 ; et M. Pierre Debernard , maitre d’écuries, demeurant à Bordeaux rue Montaigne n° 23, tous les quatre témoins instrumentaires à ce requis, Français, majeurs, jouissant de leurs droits civils, ayant toutes les qualités voulues par la loi ainsi qu’ils l’ont déclaré sur l’interpellation de Me Antony, a comparu :

M. François Béchade oncle, propriétaire, demeurant à Bordeaux rue Sainte-Catherine n°137, lequel malade dans son lit, mais sain d’esprit et de jugement, ainsi qu’il est apparu aux dits notaires et témoins, a fait ainsi qu’il suit son testament qu’il a dicté au dit Me Antony en présence des dits témoins :

J’institue pour mes légataires généraux et universels par portions égales entr’eux, mes neveux et nièces ci-après nommés fils de mon frère Raymond Béchade, veuf de Jeanne Triat son épouse, savoir Pascal Béchade, demeurant à Blanquefort, François Béchade, demeurant à Rio-Janeiro, Bertrand Béchade, surnommé Pierre, demeurant à Bordeaux, rue Sainte-Catherine n° 137, Jeanne Béchade, épouse de Jean Fourcet, demeurant à Lyon et Pétronille Béchade, épouse de Pierre Fourcade, demeurant à Bruges, voulant qu’ils recueillent mon entière succession mobilière et immobilière en toute propriété et usufruit à partir du jour de mon décès à la charge par eux de payer conjointement et solidairement entr’eux à ma sœur la rente que je vais lui léguer.

Je donne et lègue à Jeanne Béchade, ma sœur, demeurant à Blanquefort, une rente annuelle et viagère de douze cent francs qui lui sera payée trois mois par trois mois à terme échu, par les légataires universels ci-dessus nommés qui en seront tous solidairement tenus et obligés envers elle.

Si l’un ou plusieurs de mes neveux et nièces ci-dessus nommés venait à décéder avant moi, je veux et entends que la part qu’il amenderait dans ma succession en vertu du présent testament passe aux enfants qu’il laisserait auxquels au besoin je la donne et lègue expressément mais si ces neveux ou nièces décédant avant moi ne laissaient pas d’enfants, je veux et j’entends que leur part profite à leurs frères ou sœurs survivants.

Je révoque tous testaments antérieurs.

Le présent testament a été ainsi fait et arrêté par M. François Béchade oncle à Me. Antony, notaire, qui l’a écrit lui-même en entier et qui ensuite en a donné lecture au testateur qui a dit le bien comprendre et y persister, le tout en la présence réelle des dits témoins instrumentaires. Dont acte.

Fait et passé à Bordeaux en la demeure du testateur, dans une chambre au rez-de-chaussée, éclairée par deux fenêtres sur une cour, l’an mil huit cent soixante six, le trois octobre.
Après lecture, M. Béchade a signé, en présence des dits témoins qui ont eux-mêmes signé avec le dit Me Antony. Signé à la minute : Béchade, P. Dubos, Lanneluc Janson, Palissier, Debernard et Antony, ce dernier, notaire.

Enregistré à Bordeaux 2ème bureau le 9 octobre 1866. F 77 V C5.

Reçu cinq francs subvention soixante quinze centimes. Signé Naudet.

 

Pour découvrir la généalogie de Béchade, cliquez ICI.

François Béchade était éleveur et vendeur de sangsues, pour en savoir plus sur cette activité, cliquez ICI.

joomla template