Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Histoire de la halle.

Si la halle m’était contée…

Alors que le maître d'œuvre du réaménagement du centre-ville est sur le point d'être révélé, consacrer la page Histoire à la halle du marché n'est pas anodin. Point de repère du centre-ville, la création de la halle du marché est en effet intimement liée à la première restructuration de celui-ci à la fin des années 80. Symbolique du basculement opéré alors à Blanquefort, la halle du marché, lieu de commerce, de rencontre et d'animation, a contribué à dynamiser le centre-ville.

Témoignages.

Le vieux-bourg entre champs et vignes. Yvette Le Brigant, Blanquefortaise de 83 ans : « Je suis arrivée sur la commune à l'âge de 6-7 ans, j'ai donc connu Blanquefort lorsqu'il n'y avait que 1500 habitants. À part quelques maisons le long de la rue principale, le cœur du bourg était essentiellement constitué de terrains vierges. Il n'y avait pas de voiture. Les enfants pouvaient venir y jouer au ballon, même si on ne partait pas trop en « vadrouille » à l’époque ! Dans les années 60, à l'emplacement des Colonnes et de la halle, il y avait une salle des fêtes, l’hôtel des voyageurs tenu par M. et Mme Badez et des préfabriqués. C'est sur les terrains autour qu'étaient organisés les « Cinq jours de Blanquefort ». Cette fête locale accueillait chaque année chapiteaux, jeux, expositions. Ça a bien changé depuis ! »

Sous la halle de Blanquefort, on y danse, on y danse… Avant d'être délocalisé à Majolan, puis à Fongravey, le bal du 14 juillet se déroulait sous la halle, suivi d’un feu d'artifice tiré de la Forteresse. En 2009, l'école de musique et de danse de Blanquefort y a même organisé son gala de fin d'année.

Un lieu symbolique de la restructuration du centre-ville. Yannick Barreau, employée municipale et secrétaire générale adjointe de la mairie de Blanquefort de 1960 à 2002 : « Avec la croissance démographique rapide des décennies 70 et 80, les constructions de lotissements se sont accélérées autour du centre-bourg. Au cours du troisième mandat de Jean-Pierre Delhomme, le principal projet de l'équipe municipale a ainsi été de densifier et de redonner vie au vieux bourg sans en déplacer le centre de gravité. Il fallait répondre aux besoins de logements en locatif et à la demande croissante des Blanquefortais d'une vie culturelle plus intense. En 1988 et 1989, le bourg se voit doté de lotissements collectifs de moyenne importance, conçus pour accueillir logements et commerces, puis d'un centre d'animation communale (CAC) comprenant Les Colonnes (nées le 24 janvier 1989) et la bibliothèque. La halle du marché vient compléter ces aménagements quelques mois plus tard : il fallait une animation de rue, un lieu de rencontre qui crée du lien entre ces structures. Et pour ça, rien de mieux qu'un marché. C'était très sollicité par les Blanquefortais et le lieu s'y prêtait parfaitement ».

Silence, ça tourne ! La halle de Blanquefort a servi de décor lors du tournage de deux séries télévisées : « Docteur Sylvestre » en 1995 avec Jérôme Anger et Maria Pacôme, et « Famille d’accueil » en 2003 avec notamment Virginie Lemoine et Ginette Garcin.

Le marché : lieu de commerce et de rencontres. Patrick Durand, responsable du protocole à la ville de Blanquefort, et régisseur du marché de 1990 à 2001 : « Le marché de Blanquefort a ouvert le 16 septembre 1989. Dès sa création sous l'impulsion des conseillers municipaux Maurice Toulouse et Jean Liaubet, il s'est tenu chaque samedi matin. Il y a eu jusqu'à 50 commerçants. Initialement, les abonnés à l'année s'installaient sous la halle et les marchands de passage tout autour. Ils étaient placés par Marcel Lachieze jusqu'à sa retraite en 2001. Les premiers arrivaient dès 6 h 30. Après avoir installé leur étal, ils se retrouvaient au Huit et demi pour boire un café, partager un « casse-croûte », tout en guettant l'arrivée des premiers « chalands ». Parfois, c'était du Marcel Pagnol au comptoir ! Jai commencé l’animation commerciale à l'occasion du premier anniversaire du marché. Après cela, j'ai animé la vie du marché chaque samedi pendant plus de dix ans. Avec mon micro, je déambulais entre les étals pour présenter les promos du jour, lancer les ventes flashs et animer les fêtes commerciales. Chaque année, à l'arrivée du printemps, le samedi avant Noël et en octobre, les clients pouvaient gagner des lots offerts par les commerçants en participant à la tombola et des produits étaient distribués gratuitement. Je me souviens d'une fois où on avait rempli la grande poêle du comité des fêtes de 1000 crêpes au chocolat. Le marché, c'est avant tout une ambiance ». La salle des fêtes a laissé place au centre d'animation communale. L'ancienne salle des fêtes a ouvert en janvier 1958. Elle se situait en bordure de la rue Raymond Valet, là où se trouve aujourd'hui une partie de la médiathèque et des aires de stationnement.

Des classes préfabriquées au « petit train ». En 1965, la municipalité, propriétaire de quelques terrains rue du docteur Castéra, y construit en urgence des bâtiments préfabriqués pour y accueillir une classe de l’école primaire de garçons (dans l’attente de l’ouverture du groupe scolaire Saturne) et deux classes du collège d’enseignement général (CEG). Après l’ouverture du collège Emmanuel Dupaty en avril 1971, une partie de ces préfabriqués est aménagée extérieurement sous forme de wagons. Les Petits Chanteurs, l’école de Musique, l’Entente sportive de Blanquefort et l’Association familiale prennent place à bord de ce « petit train ». Un lieu de convivialité et d'animation.

Pascal Rozié, directeur de cabinet du maire de Blanquefort, et directeur adjoint de l'ABC de 1982 à 1999 : « Dès sa création, des animations ont été régulièrement organisées sous la halle de Blanquefort : pour la fête de la musique, la fête de la lumière, à l'occasion de « Goûts multiples », de la dernière édition de la fête des Colonnes (ancêtre du Festival de l'Echappée Belle), dans le cadre de manifestations comme « Le cochon dans tous ses états » en 1992, les « Euro-Talents » de décembre 1992 à janvier 1993, les « Trophées Euro-Région » en 1994 et 1995. La halle est également un terrain d'animation pour chaque édition de « Toute la ville » : du concours de soupe de « Toute la ville cuisine » à la conférence-débat « Cuisine et insertion » pour « Toute la ville utopise ». En 2010, les accueils de loisirs y ont organisé un pique-nique géant à l'occasion de la fête de l'enfance, « Jour de récup' » l'a habillé de toile de jute, etc. Des associations comme l'ESB Cyclotourisme ou l'ESB Randonneurs l'ont choisie comme traditionnel point de rendez-vous de leurs activités. Symbolique d'un vrai basculement de Blanquefort à la fin des années 80, la halle du marché est devenu au fil des ans un véritable point de repère du centre-ville ».

Équinoxes et Solstices, mars 2011, n° 43, p. 28-29. Le magazine de la ville de Blanquefort. Avec l’autorisation de la ville de Blanquefort.

joomla template