Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La Lebade.

La Lebade, ou grand chemin de Bordeaux à Soulac est une ancienne voie qui traversait notre région. Elle est parfois nommée Magna via de Solaco ou grand camin bourdalès.

Le « Livre des bouillons » qui transcrit les anciens privilèges de la ville de Bordeaux l’évoque à propos de la légende de Cenebrun qui s’était retiré « dans sa terre de Médoc avec sa femme et d’immenses trésors. Mais Galienne, sa mère, qui ne pouvait vivre sans lui, fit faire, à travers les bois épais qui la séparaient du Médoc, un chemin uni et droit comme une corde, qui allait de son palais jusqu’à la mer ». Galienne serait la fille aînée de l’empereur Titus, Cenebrun serait le fils de Vespasien ; c’est également le nom du fils qu’il eut avec Galienne. Cette légende, même si elle est contestable, atteste l’ancienneté de cette voie.

On trouve des traces de la Lebade dans la carte levée au début du XVIIIème siècle par Claude Masse qui en a dessiné d’importants tronçons (qu’il attribuait faussement aux Anglais !). De nombreux actes notariés des XVIIème et XVIIIème siècles citent « le grand chemin de Bordeaux à Soulac » pour des confronts de propriétés.

Cette voie quittait Bordeaux par la porte Médoque (entrée de la rue Sainte Catherine), suivait les allées de Tourny, les rues Fondaudège, de la Croix Blanche et Ulysse Gayon, l’avenue d’Eysines. Elle traversait Eysines par l’avenue du Taillan (devant le château de la Plane et à proximité de Gleyse où une hallebarde de bronze a été trouvée dans un tumulus aujourd’hui disparu) et franchissait la Jalle à Jallepont (où a été découverte une amphore romaine sous les fondations du pont et près de l’ancien village de Bussac).

Dans la traversée du Taillan elle passait par le lieu-dit « La Caussade » (la chaussée) puis par une suite de chemins, pour la plupart devenus des rues (rue de Lacaussade, avenue de Germignan, chemin de Cantegric, chemin de Jau qui correspondent à l’ancien chemin de Brun). Puis vient le Pian. Elle le traversait à l’ouest de Louens. Sa trace est très visible sur la carte IGN au 1/25.000, édition 1984, et sur les photos aériennes du milieu du XXème siècle où elle subsistait sous la forme d’un chemin forestier. Elle a maintenant disparu avec l’aménagement du golf.

Après le Pian, elle entrait dans Arsac pour traverser l’actuelle route de Lesparre au niveau du Salzet (où ont été découverts plusieurs tumulus) et franchissait le Besson près de l’ancienne chapelle de Birac. Toute cette zone ayant été remaniée par l’aménagement d’une zone d’activités et les cultures, il n’y subsiste aucune trace.

Pour Bordeaux et Eysines, il est facile de la situer puisqu'elle suit des voies existantes.

Les croquis du Taillan et du Pian ont été réalisés sur la carte IGN au 1/25000 édition 1990. Le trait est plein lorsqu'il est marqué sur la carte, il est en tirets ailleurs.

lebade-taillan


lebade-pian


Croquis de la levade au Taillan-Médoc.                      Croquis de la levade au Pian-Médoc.

 

La photo jointe, extraite d’un cliché IGN de 1956, montre sa traversée de la route qui, à Louens, part plein ouest. Ce carré entouré de fossés avait été considéré comme un fort romain par un curieux qui en voyait partout. Aurait-il eu raison ?

 

lebade-louens


Article et croquis Michel Baron.



joomla template