Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Quelle est l'origine du nom d'Agassac ?

Guy Dabadie indique comme hypothèse Agassac venant de agasse, la pie en gascon.

Une communication très étudiée qu'a bien voulu nous faire M. Nicolaï, président de la Société Archéologique de Bordeaux, nous apporte des précisions très sérieuses à ce sujet. M. Nicolaï ne pense pas qu'il faille voir en Agassac un mot du vocabulaire gascon dérivé de celui de la pie, en patois : agasse ou agasso. Les raisons en sont

1- Que la désinence ac répond à toutes ses pareilles : Pauillac, Floirac, Lugagnac, etc., qui sont des noms de domaines, de villas ;

ex. : Pauillac = Pauliacus, la villa de Paulus (cf. Ausone) ;

Floirac = Floiriacus, la villa de Florus ;

Lugagnac = Lucaniacus, villa de Lucanus, beau-père d'Ausone.

Il existe un répertoire de 2 000 villas en ac dont le domaine s'était conservé à peu près intact jusqu'à l'époque carolingienne. Donc, Agassac rentre dans la série.

2- Lorsque, dans le haut Moyen-âge et après, on a donné des noms d'animaux aux noms de lieux, on ne les a jamais affublés de la désinence ac.

Ex. : Cantrecrit (Grillon),

Canterane (Grenouille),

Cantelaude (Alouette),

Cantepardit (Perdrix),

Cantemerle, Canteloup, etc.

3- L'A d'Agassac semble devoir être supprimé par l'étymologiste : il est adventif. On a dit : je vais à Gassac et l'on a fini par dire et par écrire Agassac en un seul mot, comme nom de lieu, de même que l'on trouve dans les textes : Autaillan, Auteich, Aupian, pour Le Taillan, Le Teich, le Pian.

Il ne faudrait donc retenir, conclut M. Nicolaï, que : Gassac = Gassacus, la villa d'un Gassus.

Cette opinion de l'éminent président de la Société Archéologique semble d'autant plus fondée que nous trouvons, à plusieurs reprises, dans les vieilles archives le nom de Gassac substitué à celui d'Agassac qui est le plus couramment employé.

Citons comme exemple : une lettre du 1er décembre 1308 dans laquelle le roi Édouard II cite le nom de Gaillard de Gassac (Arch. Hist. de la Gir., XIII, p. 35).

Paul Duchesne, La chronique de Ludon en Médoc, Rousseau frères, Bordeaux, 1960, p.23


joomla template