Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La famille Morange.

La maison de Morange appartenait, au XVIIème siècle, à un certain Morange qui lui donna son nom.

Le 16 février 1738, Sarrazin de Durfort, seigneur comte de Boissière, maréchal de camp des armées du Roy, la vendit à M. de Bacalan qui acquit en même temps la maison de Cazalet, au bourg de Ludon. Le comte Jean-Baptiste Fleuret de Lavergne acheta le domaine vers 1840.

Ses neveux, MM. Fleuret, Henri, Jean, et ses nièces, Mlles Marie et Mélanie Bacon, firent réparer la maison et s'y installèrent en 1869. Le comte de Lavergne, après une vie très remplie, s'y retira en 1887 et y mourut en 1898 à l'âge de 91 ans. Mlle Mélanie Bacon s'y est mariée, en 1876, avec M. Alphonse de La Vernhe, descendant de la famille de La Vernhe, de Montbazens.

La famille de La Vernhe est fort ancienne et remonte au XIème siècle. On trouve des La Vernhe seigneurs et chevaliers dans les armées des comtes de Toulouse et d'Armagnac, au début du XIVème siècle. M. et Mme Alphonse de La Vernhe ont eu deux enfants : Mlle Blanche de La Vernhe, mariée à M. Édouard de Saint-Julien ; M. Louis de La Vernhe, marié à Mlle Thérèse de Portal, d'une très ancienne famille du Languedoc, en 1920.

M. Fleuret Bacon de Lavergne est mort en 1920. M. Henri Bacon de Lavergne est mort en 1938, à l'âge de 91 ans, en pleine santé, d'un accident d'automobile. Né en Aveyron, à Montezic, dans le vieux château de famille qui a disparu, Henri de Lavergne avait consacré sa vie à la culture des arbres. Il a planté, sur ses domaines en Aveyron, de véritables forêts. Il avait importé d'Amérique des arbres d'essences diverses et rares. Sa voix était celle d'un sylviculteur éminent dans les Comices agricoles qu'il présidait, et il était en même temps, avec ses amis, un homme aussi intéressant que bienveillant et d'un commerce charmant.

Paul Duchesne, La chronique de Ludon en Médoc, Rousseau frères, Bordeaux, 1960, p.130.

joomla template